Apnée du sommeil : peut-on mourir pendant son sommeil ?

AVERTISSEMENT: Les informations sur ce site n'ont pas pour but de prescrire la médecine. Ce site ne cherche ni à guérir, ni à soigner, ni à traiter, mais uniquement à présenter les solutions alternatives qui favorisent votre bien-être. Consultez donc obligatoirement votre médecin en matière de santé.



L’apnée du sommeil est une maladie qui se manifeste sous forme d’arrêts respiratoires durant le sommeil. Ceux-ci entraînent une fatigue quotidienne, qui devient chronique et peut entraîner de graves problèmes de santé si elle n’est pas prise en charge.

Dans cet article, nous allons voir s’il existe des risques de décéder d’apnée du sommeil en pleine nuit et également décrypter les différents symptômes, diagnostics et traitements de cette pathologie.

Apnée du sommeil : peut-on mourir pendant son sommeil ?

Symptômes et conséquences de l’apnée du sommeil : Peut-on en mourir ?

L’apnée du sommeil se fait plutôt discrète au premier abord, car les pauses respiratoires surviennent quand la personne est en train de dormir. Il faut savoir que les troubles du sommeil peuvent avoir également une origine différente.

Des symptômes tel que des ronflements, des insomnies, un sommeil perturbé et une somnolence journalière sont les principaux signes de cette maladie, même si cela ne permet pas toujours d’identifier cette pathologie.

Une personne atteinte d’apnée du sommeil ne bénéficie pas de nuits complètes, car elle subit des micro-réveils durant les arrêts respiratoires. Ce qui perturbe la vie quotidienne du patient et peut entraîner de graves problèmes de santé, cardiaques ou cérébraux. L’apnée du sommeil est un vrai danger, raison pour laquelle elle doit être traitée.

Diagnostiquer l’apnée du sommeil

Si votre médecin traitant soupçonne une apnée du sommeil, le médecin peut vous demander de passer une polygraphie ventilatoire nocturne. Cet examen a pour but d’enregistrer l’activité du cœur et du cerveau pendant le sommeil. La polysomnographie est un examen plus approfondi qui étudie l’activité des muscles et des globes oculaires.

Traiter l’apnée du sommeil pour éviter tout danger de mort

Il n’y a à l’heure actuelle aucun traitement médical qui permet de traiter efficacement l’apnée du sommeil. Les propulseurs mandibulaires sont des appareils qui aident le patient à respirer en augmentant l’espace entre la langue et le pharynx. Une ventilation nocturne en pression positive continue est, dans certains cas, mise en place. Un masque est disposé sur le visage du patient. Une machine régule le débit d’air qui pénètre dans les voies aériennes durant le sommeil.

Faut-il faire confiance aux applications d’auto-diagnostic?

De nombreuses applications mobiles et capteurs connectés sont apparues ces dernières années, proposant des solutions «connectées» supposées aider les patients. Pour autant, sont-elles vraiment fiables ? L’objectif de ces outils est de capter les sons qu’effectue le dormeur durant son sommeil. Les arrêts et irrégularités de la respiration sont enregistrés.

Il existe également les oxymètres de pouls. Ces appareils sont à mettre sur le bout d’un doigt ou peuvent être couplés à un bracelet connecté. Ils permettent de mesurer le taux de saturation en oxygène au niveau des capillaires sanguins.

Toutefois, ces objets connectés ne sont pas forcément des outils fiables en termes de diagnostic. La science ne les a d’ailleurs toujours pas validés. En effet, les capteurs manquent encore de précision et les applications ont du mal à discerner les ronflements du dormeur avec ceux de sa femme ou son mari.

Malgré tout, ces outils sont adaptés pour des personnes qui dorment seules, et permettent de savoir si elles ronflent ou pas.


Lisez aussi:

Apnée du sommeil: est-ce que le travail de nuit a un impact?

Comment mieux dormir avec l’apnée du sommeil ?